Soul

You know, lost souls are not that different from those in the zone. The zone is enjoyable, but when that joy becomes an obsession, one becomes disconnected from life.

Résumé :

Pete Docter commença à travailler sur Soul en janvier 2016, quand il cherchait de nouvelles idées. L’une d’elles était un "lieu au-delà de l'espace et du temps, où les âmes se voient attribuer leur personnalité". Suite au départ de John Lasseter de chez Pixar, Docter fut nommé Directeur de la création, mais il prévoyait toujours de finir son film malgré cette promotion. Lors de l’écriture du personnage principal (qui dura deux ans), ils décidèrent que ce dernier serait un musicien de jazz et qu’il serait afro-américain. À la suite de ce choix, Kemp Powers rejoint l’équipe en tant que scénariste pour développer le personnage de Joe. Après ses nombreuses contributions au film, il fut désigné comme co-réalisateur. Il faut attendre juin 2019 pour que le studio annonce officiellement ce qui aller devenir le film d’aujourd’hui.

La distribution principale est annoncée en août 2019 et il s’agit de Jamie Foxx, Tina Fey, Questlove, Phylicia Rashad et Daveed Diggs. Ils seront suivis plus tard par Angela Bassett, Richard Ayoade, Graham Norton, Rachel House, Alice Braga, Wes Studi, Fortune Feimster, Zenobia Shroff, Donnell Rawlings et June Squibb.

Soul est très bien accueillie par la presse et le public. L’animation, la musique, son casting vocal et son histoire sont les principaux atouts mis en avant. Un résultat léger au box-office à annoncer au vu de ses conditions de sortie. En effet, pour un budget de 150 millions de dollars, il en a rapporté pour le moment 47 millions. Le film était prévu en salle le 19 juin 2020 aux États-Unis, mais en raison de la fameuse pandémie mondiale, la sortie fut reporter plusieurs fois dans plusieurs pays (dont la France) avant d’atterrir finalement sur Disney + mondialement le 25 décembre 2020. Nous avons tout de même un petit box-office, car dans les pays ou la plateforme n’est pas disponible, une sortie en salle est toujours d’actualité.

Mon avis :

J’attendais Soul avec impatience au moment de son annonce, déjà, c’est un Pixar donc rien que pour cela l’attente se justifier, mais aussi pour le thème abordé. Et c’est sur point que le dernier-né du studio tire son épingle du jeu. En partant sur le thème de l’âme, l’histoire qui est écrite est plutôt sympathique et les différents messages font mouche à chaque fois. Que ce soit sur le fait d’accepter la fin, apprécier les petites choses simples de la vie, vouloir réaliser ses rêves, mais aussi les passions qui deviennent des obsessions. Ce dernier message est vraiment intéressant et il est mon préféré, car il est assez peu traité en général et c’est celui qui m’a le plus touché. L’autre gros point positif de ce long-métrage, c’est la composition parfaite que nous propose Trent Reznor et Atticus Ross. Le jazz a été choisi pour la composition musicale et mon amour pour ce genre continue de grandir grâce à ce film, alors que La La Land m’avait déjà ouvert la voie vers ce genre fabuleux. Les musiques de jazz sont d’ailleurs jouées par un troisième artiste en la personne de Jon Batiste, que je découvre et que j’adore déjà. La composition colle parfaitement au film de Pete Docter, que ce soit durant les moments calmes ou les plus rythmés, une vraie réussite.

L’un des rares reproches (si ça en est un) que je pourrais faire au film, c’est que je le trouve moins marquant que ce à quoi je m’attendais. Je n’ai pas été si touché par l’histoire en général, surtout en comparaison avec les autres œuvres du studio, comme WALL-E, Là-haut, Toy Story 3, Ratatouille et tant d’autres. À la décharge de Soul, il faut reconnaître que Pixar a mis la barre si haute au fil de leurs projets qu’ils sont attendus au tournant en termes d’émotion et d’ambition à chaque nouvelle proposition. Ce que le film hérite de ces prédécesseurs en revanche, c’est sa beauté impressionnante. On est toujours autant bluffé et émerveillé devant un Pixar et celui-ci ne déroge pas à la règle. J’ai un bémol malgré tout, au niveau du décor du "Grand Avant" qui ressemble beaucoup à certains décors de Vice-versa, je trouve. Il s’agit du même réalisateur d’ailleurs, ce n’est peut-être pas une coïncidence.

Soul est un très bon Pixar, même si l’ensemble est assez sage, il n’en reste pas moins une œuvre efficace dans ce qu’elle entreprend. Certains passages son visuellement superbe, la composition musicale est parfaite et l’interprétation des doubleurs est vraiment efficace. C’est toujours un plaisir de découvrir un nouvel univers Pixar, et même si le film d’aujourd’hui n’était pas le meilleur à mes yeux, il n’en reste pas moins très bon. J’ai hâte de découvrir les prochaines idées de ce studio qui nous a encore une fois émerveillés.

(Rédigé le 10/01/2021)

Notes :

  • Réalisation : 4/5
  • Casting : 4/5
  • Son : 5/5
  • Écriture : 4/5

Points positif et négatif :

Positif Négatif
Le thème sur l’âme très réussie Moins marquant que d’autres Pixar
Les nombreux messages
La composition musicale
Un énième Pixar magnifique

Note finale

Note finale du film : 4/5