Venom

Eyes, lungs, pancreas. So many snacks, so little time.

Résumé :

L’idée d’un film Venom remonte à la trilogie Spider-Man de Sam Raimi, en effet après le troisième volet et l’apparition de l’antagoniste, Sony voulait lancer un film dérivé sur ce personnage. L’idée revient plus tard et à plusieurs reprises entre temps et le studio démarre finalement la production en 2016 en changeant de plan. En effet, ils prévoient de créer leur propre univers connecté (comme le MCU) avec les personnages Marvel qu’ils ont en leur possession, c’est-à-dire les personnages de l’univers Spider-Man. Dans cette optique, les films Morbius, Black Cat, Silver Sable et Kraven le Chasseur entre autres sont annoncées. Sony voulait connecter leur film avec le reboot de l’homme araignée lancée par Marvel Studios, mais ça ne se fera pas le cas malgré l’insistance d’Amy Pascal. Le projet était prévu en Rated-R (les mineurs de 17 ans et moins doivent être accompagnés d'un adulte) et avec un budget moindre (comme Deadpool et Logan par exemple). Il sera annoncé plus tard que Ruben Fleischer serait le réalisateur et que Tom Hardy serait la tête d’affiche. Spider-Man étant prêté par Sony à Marvel Studios, il n’y avait aucune possibilité de voir Peter Parker dans le film d’aujourd’hui (malgré les efforts de Sony pour forcer la chose). Après d’innombrable réécriture et face à la peur des dirigeants de Sony concernant la violence de Venom, ils décident de revoir leur classification et rendre le film PG-13 (déconseillé aux moins de 13 ans). Ils font cela pour éviter des problèmes pour les croisements potentiels avec le Spider-Man, un personnage familial, ainsi qu'avec d'autres personnages du MCU.

Après l’arrivée de Tom Hardy, ce dernier est suivi au casting par Riz Ahmed, Michelle Williams, Jenny Slate, Reid Scott et Scott Haze. Le tournage se déroula d’octobre 2017 à janvier 2018 à Atlanta, New York et San Francisco.

Le film est plutôt mal accueilli par la presse qui pointe du doigt, le scénario, le rythme, le ton et le manque de lien avec Spider-Man. La plupart voient en Tom Hardy un point positif à Venom. En salle, le long-métrage de Ruben Fleischer cartonne. Pour un budget estimé de 100 millions de dollars, il en rapporta 856 millions dans le monde. Avec un tel succès, Sony annonça une suite et cette dernière a déjà un titre et un réalisateur. Le film se nommera Venom : Let There Be Carnage et Andy Serkis s’occupera de la réalisation.

Mon avis :

Je n’ai jamais été attiré par ce projet, que ce soit à son annonce, à sa présentation de casting, à ses bandes-annonces et à sa sortie. Et les avis négatifs ne m’ont pas encouragé à le voir à l’époque. Aujourd’hui, je l’ai vu par curiosité et me faire mon propre avis et oui, je le trouve moi aussi mauvais. On peut commencer par le casting qui est oubliable dans ce film à l’exception peut-être de Tom Hardy. Ce dernier arrive à tirer son épingle du jeu et je trouve assez rafraîchissant de le voir dans ce genre de rôle. Pour les autres, c’est autre chose. Michelle Williams fait acte de présence (pour payer ses facture) et Riz Ahmed joue tout simplement le méchant très méchant du film. Au-delà des personnages, l’écriture est globalement paresseuse, le tout tiendrait sur un timbre. On nous sert des clichés, des personnages et des dialogues vu et revu. De ce fait, vous n’aurez aucune surprise tant tout est prévisible. Le long-métrage à pas mal de défaut technique aussi, en termes de montage et surtout d’effets spéciaux. Pour le premier point, une scène m’a tellement surprise dans son montage que j’ai dû la repasser plusieurs fois pour voir si cela venait de moi ou pas. Et pour le deuxième point, autant, j’aime le visuel de Venom, autant, on n’y croit pas vraiment une seconde, contrairement à un Thanos qui me bluff toujours autant, ici ce ne sera pas le cas. Et le combat final est tellement oubliable, c’est un foutoir numérique, on n’y voit rien. Concernant le personnage de Venom, comme je le disais, j’ai bien aimé son rendu que j’ai trouvé assez réussi, même si je l’aurais imaginé un peu plus imposant physiquement. Le souci, c’est que je ne peux dire que ça de bien sûr cet anti-héros.

Le choix de faire un film centré sur Venom et de le faire déconseiller au moins de 13 ans était une erreur (sauf pour le box-office). Ce personnage n’est pas uniquement connu pour sa violence certes, mais ça revient à faire un film Punisher et de ne monter à aucun moment de la violence, c’est un non-sens à ce niveau. Certes on le "voit" manger des têtes, mais même là, c’est aseptisé ou montré de manière cartoon. Si on ajoute à ça le fait qu’il soit un personnage humoristique, on touche le fond, surtout au vu des promesses de ce démarqué de la concurrence. Je ne suis pas un immense fan du personnage dans les comics et j’aime quand les films prennent une autre direction concernant des personnages d’un autre média, mais ici ça ne fonctionne pas. Ici, nous avons un Venom qui se vexe quand on le traite de parasite, qui fait des blagues et qui donne des conseils de drague… Ça ne fonctionne vraiment pas, en tout cas pour moi. Sony a raté l’occasion de faire un film déconseillé au moins de 17 ans avec un Venom vraiment violent et sombre, c’était le bon moment avec les succès de Deadpool et Logan, et même après quand on voit le succès du Joker qui part sur le même principe de base, mais qui aura choisi un tout autre chemin avec beaucoup plus de succès à l’arrivée. Je ne dis pas que le simple fait de mettre de la violence fonctionnerait, ça ne marche pas comme ça, mais on aurait peut-être eu un film plus intéressant à voir, avec beaucoup plus d’idées.

Voilà pour mon avis sur Venom de Ruben Fleischer. Je ne pourrais pas dire que j’ai été déçu, je m’y attendais. J’admets que l’une des autres raisons qui ne me donner pas envie de voir ce film, c’était de savoir que Spider-Man serait absent. Finalement, je n’y pensais pas durant mon visionnage, mais je reste persuadé que le plein potentiel du personnage de Venom est lié à son attache avec Spidey et le film en pâtis. Le film est assez cours d’ailleurs et nous avons le droit à 15 minutes de génériques de fin ! J’ai rarement vu un générique défilé aussi lentement, tout cela pour arriver à un film d’1h40, quelle arnaque. Rester après le générique pour bien rigoler, ce n’est pas tous les jours que nous pouvons une telle moumoute sur la tête de cet acteur. Dans un film à si gros budget, c’est ridicule, mais au moins le film nous aura fait rire à un moment.

(Rédigé le 18/09/2020)

Notes :

  • Réalisation : 2/5
  • Casting : 2/5
  • Son : 2/5
  • Scénario : 2/5

Points positif et négatif :

Positif Négatif
Tom Hardy assez bon… …Mais c’est le seul
Le rendu de Venom Une écriture très paresseuse
Les choix concernant Venom
Pas mal de bévue technique

Note finale

Note finale du film : 2/5