The Rental

Tell me that's not a camera.

Résumé :

L'idée principale du film d'aujourd'hui est venu de Dave Franco. Habituellement acteur, ce dernier se lance dans sa première réalisation et son premier scénario sur un long-métrage. Pour l'écriture, il est accompagné par Joe Swanberg et tous deux participes également à la production, tout comme Elizabeth Haggard, Teddy Schwarzman, Ben Stillman et Christopher Storer, avec leurs studios respectifs, Black Bear Pictures et Ramona Films.

La distribution a été annoncée en mars 2019 et elle est composée d'Alison Brie, Dan Stevens, Sheila Vand et Jeremy Allen White. Plus tard, Toby Huss rejoint lui aussi le casting. Le tournage démarre en avril 2019 et se termine en mai, à Bandon et Portland aux États-Unis.

Aux États-Unis, la situation sanitaire à pousser la sortie du film en vidéo à la demande et seule certaines salles sélectionnées diffusent le long-métrage. La première réalisation de Franco est de manière générale bien accueillie par les critiques et le public qui suit également, car il est le deuxième film à atteindre le sommet en VOD aux US, tout comme au cinéma pour son premier week-end. Combien a-t-il rapporté pour le moment ? À l'heure où j'écris cet avis, il a dépassé le million de dollars et s'approche doucement des deux millions. Au vu de la situation et la non-communication sur le budget, difficile de dire si le film a fait un flop ou non. Toujours est-il que Dave Franco est ouvert à une suite et il a déjà des idées pour cette dernière et sur la direction vers laquelle il voudrait aller avec.

Mon avis :

La raison principale qui m’a poussé à voir ce film, c’était l’équipe derrière le projet, déjà Dave Franco est un acteur que j’adore et le voir se lancer dans sa première réalisation me faisait plaisir. Ensuite, à la distribution, il y a Alison Brie que j’aime énormément dans Community et BoJack Horseman et enfin Dan Stevens que j’ai découvert dans la magnifique série Legion. L'autre raison majeure était l’idée de base de l’histoire que j’aime beaucoup, elle est basée sur la propre paranoïa du réalisateur concernant le principe de partage de domicile (Airbnb par exemple) et le fait qu’on permette à des gens de rentrer et dormir chez soi avec comme seule "garantie" sur ces personnes un nombre d’étoiles sur un site. J’ai bien aimé The Rental, même si le film prend un peu trop son temps pour démarrer à la façon (dans un autre genre) d’un Tarantino, mais sans la maîtrise des dialogues ou de l’écriture en général. Parmi les inspirations de Dave Franco dans l’horreur, il y a les jeunes réalisateurs Ari Aster (Hérédité et Midsommar) et Jordan Peele (Get Out et Us), qui, comme le dit si bien Franco lui-même : "Ils prennent leur temps pour te faire angoisser, contrairement à certains films d'horreur qui reposent sur des jumps scare kitsch uniquement." Donc je vois, quel était son but, mais c’est moins bien maîtrisé sur cet aspect, je pense. Mais cela ne m’a pas empêché d’adorer le dernier acte ! J’ai passé un très bon moment devant ce dernier que je trouve plutôt bien maîtrisé pour le coup.

Encore un point négatif lié à l’écriture, les personnages. Ils sont pour la majorité d’entre deux antipathiques et excepté un personnage, je m’en fichais royalement de ce qui pouvait leur arriver. J’ai souvent du mal à m’attacher à des personnages antipathiques, ce problème vient peut-être de moi, mais au vu des actions faites par certains d’entre eux, ça ne m’aidait pas à les apprécier, bien au contraire. Toujours dans l’écriture, je trouve que Dave Franco a bien retranscrit sa paranoïa à l’écran et sachant que toute l’idée du film partait de cela, je suis assez content que cet aspect fonctionne. Niveau réalisation, ils se sont inspirés de Shining et Rosemary's Baby et ses plutôt bien fait, ils n’en font jamais trop et le travail de Christian Sprenger est vraiment sobre et plutôt joli par moments.

Voilà mon avis sur The Rental, premier film que je vois au cinéma après le confinement et je n’ai pas été déçu. Le film à des défauts, mais pour une première réalisation et sur son propre scénario, Dave Franco s’en sort plutôt bien ! Je n’ai pas eu peur devant le film, mais la paranoïa qu’il transmet est assez efficace, car elle reste crédible, même si comme souvent dans ce genre de film, certaines attitudes sont aux antipodes de la logique, mais encore une fois, ça reste commun à ce genre de film. En tout cas, la personne avec qui j’ai été le voir ne prendra plus de sitôt un Airbnb. Petite mention spéciale pour le générique de fin assez original et assez flippant. En tout cas, si une suite se fait, j’ai hâte de voir ça, il y a des choses intéressantes à faire là.

(Rédigé le 20/08/2020)

Notes :

  • Réalisation : 4/5
  • Casting : 3/5
  • Son : 3/5
  • Scénario : 2/5

Points positif et négatif :

Positif Négatif
Le dernier acte Très long a démarré
L'idée principale de l’histoire Certains personnages antipathiques
La paranoïa bien retranscrite

Note finale

Note finale du film : 3/5