90's

A lot of the time we feel that our lives the worst, but I think that if you looked in anybody else's closet, you wouldn't trade your shit for their shit. So let's go.

Résumé :

C’est le 30 mars 2016 qu’il est annoncé que Jonah Hill allait faire son premier film en tant que réalisateur sur un scénario qu’il a écrit. Le titre est également dévoilé tout comme le fait que Hill ne jouerait pas dedans. L’histoire du long-métrage est inspirée de l’adolescence du réalisateur, mais ce n’est pas pour autant son histoire. Le film est tourné en format 4:3 et pour certaines scènes, des caméras de 1995 ont été utilisé pour un effet Fisheye très populaire dans les vidéos de skate.

Le premier à rejoindre la distribution est Lucas Hedges, suivit de Katherine Waterston (qui remplace Michelle Williams initialement prévu pour le rôle), Sunny Suljic et Alexa Demie. Quelques personnalités feront une apparition dans le film, comme Jerrod Carmichael, Harmony Korine, Del the Funky Homosapien et Chad Muska. Le tournage a eu lieu à Los Angeles.

Le film a été bien accueilli par les critiques, qui l'ont qualifié de "première sortie prometteuse pour Hill", mais aussi qu’il était "un premier film magnifique, aux accents autobiographiques" et ils ont souvent loué le sens de la nostalgie. Le film dépassera son budget initial, mais ne sera pas un carton non plus. C’est souvent fréquent pour les films indépendants qui ne sortent pas dans beaucoup de salles. Le film a rapporté 9 millions de dollars pour un budget d’1 million.

Mon avis :

Mid90s était un film que je voulais voir à sa sortie, car j’aime beaucoup Jonah Hill l’acteur et j’avais hâte de découvrir Jonah Hill le réalisateur, malheureusement mon cinéma ne le programmé pas. Aujourd’hui, j’ai enfin pu le voir et j’ai bien aimé. Je l’ai tellement aimé que le seul point négatif n’en est pas vraiment un, c’est le genre de film dans lequel on entre dans l’histoire tout de suite ou pas du tout. L’univers du skate ne parlera pas forcément à tout le monde, mais même sans cet aspect, on s’attache très vite à la bande de skateurs. Pour un premier long-métrage Jonah Hill nous offre un très bon premier film, avec beaucoup de qualité et de bonne idée. Comme le choix de filmé en 16 mm et en format 4:3 qui ajoutent un plus indéniable à l’œuvre.

La réalisation est au top, mais il en est de même pour le scénario écrit par le réalisateur. Il nous sert une histoire assez classique sur un garçon qui cherche sa place, mais il nous propose une histoire bienveillante, sans réel jugement et avec de beaux messages par moments. Comme ceux de croire en ses rêves, entretenir notre côté artistique et que les personnes ont tous leurs problèmes et que les nôtres peuvent être dérisoires à côté. Le gros point fort du film reste son casting et l’écriture des personnages loin des clichés habituels. Par bien des aspects, Hill a parfaitement retranscrit les années 90 sans en faire trop ou pas assez, il a à mon avis, trouvé le bon dosage à ce niveau.

Seul point négatif, qui n’est pas forcément la faute de Jonah Hill ou de son film, mais plusieurs sites et plateformes (notamment Canal +) le classe en tant que comédie dramatique, mais honnêtement, je ne vois pas ce que "comédie" vient faire là. Peut-être parce que Jonah Hill a encore cette image du gars qui joue que dans des comédies potaches (même si c’est loin d’être le cas) ou peut-être qu’ajouter "comédie" était plus vendeur, je n’ai pas cette réponse et ça n’est pas bien grave. Cela n’entache pas du tout la qualité du film. Je vous encourage à aller voir ce long-métrage si vous êtes curieux, c’est un premier film de grande qualité et qui donne envie d’en voir plus.

(Rédigé le 04/06/2020)

Notes :

  • Réalisation : 4/5
  • Casting : 5/5
  • Son : 4/5
  • Scénario : 4/5

Points positif et négatif :

Positif Négatif
Un très bon premier film pour Jonah Hill Film classé en tant que comédie
La bande de skateurs attachants
Les quelques messages du film
L’ambiance des années 90

Note finale

Note finale du film : 4/5