Le Grand Bain

Un carré ne rentrera jamais dans un rond, et réciproquement.

Résumé :

L’intrigue du film d’aujourd’hui a commencé par être développé par Gilles Lellouche en 2010. Lellouche commence à écrire le scénario, mais il a un blocage et c’est ici qu’entre en jeu le producteur Hugo Selignac qui l’aide à trouver l’idée de la nage synchronisée. Pour la suite de l’écriture, il reçoit l’aide d’Ahmed Hamidi ainsi que de Julien Lambroschini. Le film est annoncé en février 2015 et Alain Attal rejoint la production du long-métrage qui sera au passage le premier que Gilles Lellouche réalise seul.

Le casting est annoncé par le réalisateur lui-même sur son compte Instagram. Dans son annonce, nous retrouvons : Virginie Efira, Leïla Bekhti, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Mathieu Amalric, Philippe Katerine, Jean-Hugues Anglade et Félix Moati. Marina Foïs rejoint la distribution pour un rôle qui était prévue pour Vanessa Paradis. Le tournage a eu lieu en région d’Auvergne-Rhône-Alpes et en Île-de-France et il a duré 14 semaines. Pour le film, les acteurs, se sont entraînés 7 mois avec Julie Fabre notamment.

Globalement, le film a reçu des avis positifs de la presse et du public. Il a même le droit à plusieurs nominations aux César 2019. Il a très bien marché en salle, avec un budget estimé à 18 millions d’euros, il a cumulé un peu plus de 4 millions d’entrées avec une première semaine à 1,5 million.

Mon avis :

Tout d’abord dans cet avis, je vais parler de la fin donc bien évidemment, je vais finir par spoiler donc si vous souhaitez garder la surprise mettez cette page en favoris, allez voir le film et revenez. Mais si ça ne vous pose pas de problème et bien, c’est parti. J’ai adoré Le Grand Bain. Je suis assez distant du cinéma français actuel, la plupart des films ne m’intéressent plus, à quelques exceptions près. Tous les retours positifs que j’ai vus autour de ce film m’ont donné envie de m’y intéresser et je n’ai pas était déçu du voyage. On est très loin des comédies potaches qu’on nous vend à la pelle récemment, ici, on a certes un film très drôle, mais surtout touchant. Gilles Lellouche nous montre des "loosers", des personnes perdues dans leurs vies à différents niveaux et tout ce petit monde est très attachant et c’est la grande force de ce film.

Nous n’aurons pas de grande réflexion sur la société dans ce film, mais des petits messages distribués ici et là qui sont mine de rien très importants eux aussi. Des sujets comme la dépression, la peur de l’échec, la peur du changement, le fait de s’accepter, etc, etc. Le casting est la grande force de ce film, ils sont tous parfaits dans leurs rôles, certains seront plus en retrait que d’autres, mais au vu du nombre de personnages ce n’est pas surprenant. Si je devais en choisir quelques-uns, ce seraient les personnages joués par Mathieu Amalric, Virginie Efira, Philippe Katerine et Guillaume Canet. Je les ai tous adorés, mais ils sont mes coups de cœur. Si j’avais un bémol, ce serait sur la fin. Attention spoiler. J’aurais préféré une fin moins "heureuse", en fait, j’aurais aimé l’idée qu’ils ne gagnent pas la coupe à la fin, mais que cela ne les aurait pas empêchés d’être heureux de leurs parcours. Ce n’est que la fin que j’aurais aimé voir, cela ne m’a pas gêné, j’ai quand même grandement apprécié la fin proposée, j’avais juste une préférence.

Donc Le Grand Bain nous offre une comédie qui ne paie pas de mine comme ça, mais qui se révèle plein de bonté, sans mauvais fond et ça fait du bien, surtout (encore une fois) dans le cinéma français actuel. Un film à voir si vous voulez passer un bon moment pour rire et vous émouvoir. Je veux voir plus de films français comme ça et j’en suis sûr qu’il y en a.

(Rédigé le 15/03/2020)

Notes :

  • Réalisation : 4/5
  • Casting : 5/5
  • Son : 3/5
  • Scénario : 4/5

Points positif et négatif :

Positif Négatif
Touchant et drôle La fin
Le casting parfait
Loin des productions françaises actuelles

Note finale

Note finale du film : 4/5