Black Mirror: Bandersnatch

You’re just a puppet. You are not in control.

Résumé :

C’est en fin d’année 2018 que Netflix annonce un événement Black Mirror pour les fêtes. Un film d’1h30 qui sortira le lendemain de ladite annonce.

C’est un évènement car déjà, Black Mirror est connu pour être une série (même si certains épisodes font plus d’une heure) et qu’il s’agit surtout d’un film interactif.

Le principe est simple, nous suivons une histoire et parfois le spectateur devra faire des choix qui influeront sur le déroulement du film et sa fin.

Mon avis :

Black Mirror: Bandersnatch n’est pas un chapitre marquant de l’univers créer par Charlie Brooker en décembre 2011. Et c’est le problème principal que j’ai avec ce film interactif. L’idée est sympa et rigolote (parfois) mais finalement, ça n’apporte pas grand chose à l’œuvre, ça donne surtout un côté gadget.

Tout n’est pas à jeter, loin de là. La réalisation est toujours au top, la bande son colle bien à l’atmosphère du film et l’acteur principal (Fionn Whitehead) brille vraiment dans ce film.

Les choix sont souvent efficaces et nous font pas mal tergiverser par moments. Et pour finir, chapeau à Netflix d’avoir sorti un tel film sans qu’il bug (vu sur une Xbox One S) où devienne illisible. L’interface est très réussie.

Notes :

  • Réalisation : 4/5
  • Casting : 2/5
  • Son : 3/5
  • Scénario : 2/5

Points positif et négatif :

Positif Négatif
Réalisation très soignée et souvent bien recherchée Un "épisode" pas très marquant
Les choix sont parfois efficaces Seul l’acteur principal brille vraiment
L’interface Netflix

Note finale

Note finale du film : 3/5